Artophilia

Artophilia

Page vérifiée Creado el 24 de julio de 2017 Contacto

Performance de Abel Azcona : Nine Container - La Galerie des Pentes - 2013

- 0
  • ABEL AZCONA 
    NINE CONTAINER
    CONFINEMENT IN SEARCH OF IDENTITY
    Comissariat d'exposition : Carlos Arturo del Toro
    Photographie et documentation : Romuald&PJ

    Du 10 septembre 2013 à 19h00
    Au 19 septembre 2013 à 19h00

    « Gestation of a waste. Gestation d’un déchet». Par Carlos Arturo Del Toro, co-curateur du projet NINE CONTAINER, Confinement in search of identity de l’artiste Abel Azcona. 

    « N’être jamais né peut être la plus grande des faveurs » Sophocle 

    Le chemin de la compréhension de l’art est un dédale, ses multiples définitions dévoilent un fond au caractère personnel et subjectif. Ce nouvel enfermement de l’artiste Abel Azcona nous montre viscéralement le paradoxe qu’implique définir quelque chose comme art, et croire ensuite que nous pouvons appliquer cette définition à différentes œuvres particulières. 

    Le projet NINE CONTAINER est un projet personnel et subjectif, dont la prétention est de recréer le processus de gestation de l’artiste. Neuf jours dans un container à poubelle comme métaphore pour imager les neuf mois de gestation de l’auteur dans un ventre malsain. Neuf mois dans un placenta plein de désespérance, où les principaux nutriments étaient de la désolation ainsi que les nombreuses substances psychoactives qui envahissaient le sang de Victoria, la mère biologique d’Abel Azcona. 

    Ce projet, dont l’objectif final est la recréation d’un moment de la vie de l’auteur, nous pose cependant deux questions propres qui nous entrainent à réfléchir en tant que spectateur. La première, sans aucun doute, devrait être une réflexion sur l’art, car je crois que pour vous comme pour moi même, voir un container à poubelles en plein milieu de La Galerie des Pentes nous interroge sur le fait de savoir si ce que nous voyons là est ou non de l’art. Ce texte, pas plus que la performance elle-même ne sont là pour répondre à cette question, c’est à vous d’élaborer vos propres conclusions, guidées par vos émotions, pensées et sensations que dévoileront l’œuvre d’Abel Azcona en chacun d’entre vous. 

    La deuxième question est autour des déchets, cela dans un sens tant métaphorique que littéral. Les déchets : ce que nous ne voulons point, cela qui, d’une forme ou d’une autre, refusons de notre existence. C’est intrinsèquement l’axe fondamental de l’œuvre NINE CONTENAIR. Cela l’est depuis la perspective de l’auteur, qui se recréait lui même comme un déchet qui n’aurait jamais dût exister, mais aussi dans une perspective critique. Quelle relation avons-nous avec notre monde et la quantité de déchets que nous y produisons de manière démesurée. Cette production de poubelles physiques et émotionnelles nous dégrade en tant qu’individus et constitue des formes systématiques de déshumanisation qui, sans crier gare, nous transformeront en un nouvel humain, le point d’orgue maximal et parfait des systèmes économiques et politiques actuels : L’homme poubelle !  

    Carlos Arturo Del Toro
    Traduction de l’espagnol : Pierre-Jean Blanchon 

    Les photos et la vidéo de documentation de la performance sont de Romuald&PJ